Return to site

La pyramide de Karpman

LE TRIANGLE DRAMATIQUE

Quel rôle avons-nous dans une relation? Le dominant, le soumis ou le chevalier blanc ?

· COACHING,TRIANGLE DRAMATIQUE,KARPMAN
TRIANGLE DRAMATIQUE - PYRAMIDE DE KARPMAN

Issu de l’analyse transactionnelle, le triangle dramatique théorisé et modélisé dans les années soixante par Karpman permet d’identifier notre position dans une communication et de repérer le fonctionnement habituel de nos interlocuteurs.

Il schématise clairement les interactions humaines et les rôles de chacun dans une relation.

Ici nous nous intéresserons principalement au milieu professionnel mais il peut tout aussi bien s’appliquer aux relations amicales et personnelles.

Pourquoi le triangle est-il « dramatique » ?

Dans notre milieu professionnel nous faisons régulièrement face à des situations conflictuelles, en raison de désaccords, d’un niveau stress élevé, de la fatigue, d’une ambiance négative…

Dans ces cas, chaque protagoniste va inconsciemment rentrer dans un jeu psychologique malsain ou chaque « acteur » aura un rôle bien identifié.

Trois typologies de personnage

Le triangle dramatique peut s’appliquer à deux personnes qui peuvent passer d’un rôle à l’autre ou plus de trois personnes, un groupe va alors endosser un rôle (mise en place d’une coalition)

LA VICTIME

Ce rôle qu’elle connait parfaitement et qu’elle pratique depuis toujours attire les sauveurs et les bourreaux.

La victime se plaint, s’apitoie sur son sort et subit ce qui lui arrive.

Très reconnaissable, elle s’exprime et se comporte en fonction de ses blessures et de ses souffrances qu’elle n’a jamais réellement surmontées.

Elle utilise ses problèmes pour constamment porter l’attention sur elle.

La victime soutire son énergie vitale des autres pour survivre dans son milieu professionnel mais elle en est complètement inconsciente.

Les soucis et les fêlures représentent sa raison de vivre et d’exister auprès des autres.

LE BOURREAU

Toujours inconsciemment le bourreau projette le miroir de ses souffrances et de ses douleurs sur la victime faible et impuissante.

Le bourreau attire donc à lui les victimes et les sauveurs.

Souvent rempli de colère, de frustration et d’émotions négatives il abuse de son pouvoir pour écraser sa victime.

Ce comportement est le seul qui lui permette de se revaloriser car il n’a pas beaucoup d’estime de soi.

Le bourreau ou persécuteur est dominateur, violent, désagréable et dévalorisant. Il est imprévisible et peut exploser à tout moment.

LE SAUVEUR

Il n’a qu’un but : se faire aimer et accepter. Il attire donc à lui les victimes et les bourreaux.

Le sauveur fuyant le rejet n’aime pas déplaire et évite à tout prix l’affrontement.

D’un naturel gentil, pacifique, il est toujours d’accord avec les autres et prêt à se sacrifier.

Il ne survit que grâce à l’amour et l’estime que lui donne les autres car il en manque cruellement pour lui-même. Il ne vit que par la reconnaissance d’autrui.

Le sauveur n’est pas conscient de son potentiel et de ses qualités, il ne s’épanoui que lorsqu’il agit en fonction et pour les autres.

Il deviendra fatalement une victime puisqu’il attend une reconnaissance qui ne viendra jamais.

Ces trois « acteurs » sont dépendants les uns des autres puisqu’ils se cherchent inconsciemment.

Même si nous expérimentons ces trois rôles au cours de notre vie, la chose la plus importante est d’être conscient de la position que nous endossons lorsque la situation se présente.

Nous pouvons faire le choix de ne pas nous impliquer dans ce triangle émotionnel.

De façon obtenir de la sérénité et une forme de bonheur nous avons besoins de neutralité et de détachement émotionnel.

Le coaching est l’outil qui vous permettra d’y accéder !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK